vendredi 2 mars 2012

Le ski en famille


Mercredi 29 février 2012 : un ciel azur et une douceur printanière voire quasi estivale. C'est pour moi la 1ère vraie occasion de skier cet hiver, peut-être aussi la dernière. Je deviens difficile, au grand dam de mes enfants. Après un début d'hiver trop humide avec trop peu de neige à mon goût, vint la période de froid polaire : skier par -20°C, sans compter le vent, déplaisir assuré. Certes aujourd'hui la qualité (...)



de la neige laisse à désirer : le soleil tape dur et sa courbe s'est déjà redressée dans le ciel (l'équinoxe approche), mais dévaler les pistes presque en tee-shirt n'est vraiment pas désagréable, d'autant que nous sommes accompagnés de nos neveu et nièce, qui réalisent des progrès fulgurants, et de leurs parents, tout contents d'assister à leurs exploits et de profiter de telles conditions.

Mais avant, pas question de déroger aux bonnes habitudes, je profite de la matinée pour aller pédaler dans le secteur.
St Michel sur Meurthe dans la grisaille matinale.
Je pars plein Nord en direction de Taintrux, St Dié avec 5°C au compteur. Les nuages sont bien présents mais on sent qu'ils ne vont pas résister longtemps. J'emprunte ensuite la petite route qui traverse Herbaville, Sauceray et la Bourgonce pour rejoindre La Salle au pied du col du Haut du Bois, pas vraiment compliqué avec ses pentes à 3-4 % maxi.
Le printemps n'est plus loin, mais gare aux sursauts de l'hiver.

La descente sur l'autre versant est assez brève, c'est dire que ce col ne présente guère plus de difficultés de ce côté, puis un long faux-plat descendant me conduit à Rambervillers.
Le parc d'attractions de Fraispertuis.
Le Mont Thiriville.

Le retour avec un léger vent favorable se fera tambour battant et veste grande ouverte via Grandvillers Bruyères et Granges. Le col des Arrentès, pour finir avec un D+ correct, me donne une dernière bonne suée. Retour à la casa dans les temps que je m'étais impartis avec 85 km en 2h52 pour 846 m D+.

Arrivée à la Mauselaine, Gérardmer.
Ayant réservé les forfaits sur internet le matin, pas d'attente ou de contretemps : on peut chausser les skis dès notre arrivée. Comme prévu, la queue aux remontées est impressionnante, mais contrairement à ce que je craignais, l'attente ne se prolonge pas : le temps de ski effectif sera satisfaisant.
Le "Tétras", piste rouge.

Direction la Chaume Francis, avec le Hohneck en toile de fond.
Une fois sur l'autre partie du domaine, plus éloignée, mais malgré tout accessible en voiture par un autre accès, le flux de skieurs est moindre. A nous la "Chamois", ma préférée, la "Lièvre" ou encore la "Cerf" et son mur : Gérardmer est une station qui aime le gibier !
Avant de descendre la "Sanglier", piste rouge.
La tête de Grouvelin, point culminant de la station (1 155 m)
Les points de vue sont de toute beauté avec ce ciel limpide !

Photo panoramique depuis Grouvelin
Camille et Robin, les champions !
1er jour : 1ère expérience avec des skis + montée de la piste débutants avec la corde.
2ème jour : piste débutants (trop facile) + piste verte.
3ème jour : piste verte (trop facile) + téléski en autonomie.
4ème jour : piste rouge sans tomber (ou presque) !

Pas mal non ?!
Ils ont de qui tenir !
  video

video

video

Une bien belle journée, ponctuée comme il se doit par une bonne fondue !

1 commentaire:

  1. Sympa de faire débuter le ski par de telles conditions meteo ! C'est vrai qu'en ski de piste, les progrès sont en général très rapides les premiers jours, ce qui est toujours encourageant ! Cela marche aussi avec les adultes (qui souvent n'y croient pas au départ)
    Pour nous aussi , ski de rando printanier , fin de la descente (entre 1800 et 1500 m) en tee-shirt, manches remontées, et sans gants.

    RépondreSupprimer