dimanche 21 octobre 2012

Un festival de couleurs

Après un 1er aperçu de l'hiver la semaine dernière, l'été indien se poursuit magnifiquement, décidant de jouer les prolongations, et nous offrant ainsi un WE estival avec des températures largement supérieures à celles de début juillet. La lumière d'automne est splendide, la nature flamboie : toutes les conditions sont réunies pour me lancer dans une grande virée en montagne, l'occasion aussi de grimper des cols (ou un de leurs versants) non visités cette année. Me voilà donc parti dès les 1ères lueurs matinales, ou presque, en direction du col du Plafond, gentil préambule au regard du menu du jour. (...)

La descente vers Anould est bien fraîche, ainsi que la remontée à l'ombre vers le Rudlin. Mais les 1ères inversions de températures sont bien présentes, et dès les 1ères pentes de la Schlucht, elles se font agréablement sentir. Je progresse ainsi vers le Collet par un des 4 accès qu'offre le col de la Schlucht (sans compter les 2 autres, en descente, via la route des Crêtes), assez raide (mais régulier à 8% environ) du Vétiné jusqu'au sommet, hormis un replat central. De là, je plonge vers le col des Feignes par une descente plutôt chaotique, puis regrimpe sur 2 km pour rallier la magnifique vallée du Chajoux et son bijou : le lac de Lispach, resplendissant dans les roussoiements de la forêt qu'il reflète avec éclat.
Col du Plafond : vue sur la Tête de Nayemont.

Versant ensoleillé surplombant Fraize.

Vallée du Rudlin.

Vallée du Rudlin.

Vallée du Rudlin.

Vallée du Rudlin (Le Valtin).

Montée vers le Collet, tout là-haut.

Montée vers le Collet.

Le Collet.
Col des Feignes : vue sur le domaine skiable de La Bresse.

Le sublime lac de Lispach.
Une fois à La Bresse je m'offre la courte mais relevée montée du Brabant, elle aussi oubliée jusqu'à aujourd'hui par ce côté, qui permet de rejoindre Cornimont en évitant la monotone et fraîche vallée, tout en profitant de panoramas somptueux. Il fallait bien ça comme carotte pour supporter le dernier km à 10-13% !

Col du Brabant : vue sur La Bresse.

Col du Brabant.

Col du Brabant : 13% !

Col du Brabant.

Col du Brabant.
C'est l'heure de la messe au village, ce qui anime un peu les rues, quoique la traversée des passages pour piétons se fasse plutôt au ralenti, vu le public qui s'y rend ! A défaut de sermon, je poursuis ma litanie de cols, loin d'être ennuyeuse cependant, en empruntant le col d'Oderen, qui permet de basculer en Alsace par un versant bien connu des concurrents des "3 ballons" et de "la Vosgienne". Rien de bien terrible, le gros de la montée se fait après la bifurcation menant à la station de ski de "l'Ermitage du Frère Joseph", sur les hauteurs de Ventron. Et une ligne de plus dans la collection 2012 ! Des travaux obligent toutefois à la vigilance, avec une chicane en montant, et, surtout, un revêtement gravillonneux jusque Krüth dans la descente. Dommage !
Travexin.

Ventron.

Tremplin de Ventron.

Col d'Oderen.

Col d'Oderen.

Col d'Oderen.

Krüth.
C'est sur les bords du lac de Wildenstein que commence le gros morceau de la journée, auquel je ne me suis pas confronté cette année : la montée vers le Markstein, longue de 15 km. Raide sur les 3 1ers km, l'ascension se poursuit agréablement et de manière nettement moins pentue pendant un peu moins de 10 km, avant de se cabrer de nouveau à la sortie de la forêt où on profite des points de vue à hauteur de la ferme-auberge du Treh. Le dernier km, quant à lui, est une formalité.
Le Schlossberg.

Abords du lac de Wildenstein.
Lac de Wildenstein.

Montée du Markstein.

Montée du Markstein : vue sur la vallée.

Montée du Markstein.

Montée du Markstein.

Montée du Markstein.

Montée du Markstein.


Montée du Markstein.

Montée du Markstein : vue sur le Grand Ballon.
Le retour se fait le long de la route des Crêtes, envahie par les randonneurs voulant profiter des derniers feux eux aussi. L'explosion de couleurs y est ce jour tout simplement extraordinaire, ne manque hélas que la vue sur les Alpes !
Route des Crêtes.

Route des Crêtes.

Route des Crêtes : au loin le Hohneck.

Route des Crêtes.

Route des Crêtes : le lac de Wildenstein en contrebas cette fois.

Route des Crêtes : au loin, le col de la Croix des Moinats.

Route des Crêtes : le lac de Blanchemer dans un rougeoiement extraordinaire.

Route des Crêtes : le Hohneck s'est rapproché.

Route des Crêtes : vue sur la vallée des lacs.
Descente de la Schlucht.


Col de Martimpré.
A noter que la descente sur la Schlucht a été enfin refaite, il était temps : un vrai billard à dévaler avec plaisir. Ne reste plus qu'à remonter le 7ème et dernier col de la journée, Martimpré, et à redescendre gentiment vers mon domicile pour profiter d'un bon repas, bien mérité après avoir franchi le cap des 10 000 km en 137 km et 2 522  m D+, parcourus en 5h10 : un vrai régal ...

Le parcours :

3 commentaires:

  1. Tout simplement magnifique! Aujourd'hui, tu as allié le plaisir de rouler au plaisir des yeux. De quoi se ressourcer avant les frimas de l'automne qui, fatidiquement, vont arriver.
    Eric

    RépondreSupprimer
  2. Du bonheur ton article à lire et à regarde aussi , merci et bravo pour le passage au delà des 10 000 km !

    RépondreSupprimer
  3. Certaines photos ressemblent à de vrais cartes postales, tout simplement magnifiques... à croire qu'elles sont retouchés ;-)
    La nature dans toute sa splendeur
    Bravo pour vos 10000 km ;-)

    RépondreSupprimer