jeudi 22 mars 2018

Hiver # l'épilogue ???

4 mois ... 4 longs mois que j'ai publié l'épisode 1 ! On peut dire que cette année, on a été servis : à quelques jours de passer à l'heure d'été, pas sûr qu'on en ait terminé avec la nécessaire mais fastidieuse saison froide. Ayant pas mal scruté les sites météo, la possibilité de réaliser un beau petit doublé dans la semaine s'est petit à petit dessinée. Ce seront le vent pour le "Part one", et l'éventualité de neige pour le "Part two", qui auront finalement décidé des parcours ... En route pour, j'espère, le dernier acte hivernal !

Part One
Pour notre 2ème "Moscou-Paris" en moins d'un mois, pas toujours facile de trouver des créneaux pour rouler dans des conditions "acceptables" ... Grand soleil ce jour, très bien, mais bise du diable, accompagnée d'un bon -5°C au réveil (-8°C allègrement ressentis). Heureusement, les choses s'améliorent à la mi-journée côté températures, autorisant une belle petite virée, roulante et pas trop escarpée.
L'itinéraire est classique (et déjà parcouru) jusque Saales, descendant jusque Ste Marguerite, puis le long de la Fave avant d'attaquer le col éponyme. Alors que la bise me cingle le visage, ou en tout cas ce que j'ai laissé dépasser 😕, je chantonne les mélodies d'un groupe électro (français) qui m’obnubile agréablement ces temps-ci : un rythme et une tessiture de voix hypnotiques ... un régal. Bon, heureusement que personne ne peut m'entendre, c'est un massacre, une quasi glossolalie !


Col de Saales.
L'imaginaire fait un peu oublier le froid et le vent coriace qui, mine de rien, fait baisser la moyenne. Pas grave, je ne suis pas spécialement pressé, mais le "combat" continue dans la descente jusque Schirmeck, où le froid s'intensifie, frisant le négatif. Finalement, je ne suis pas mécontent d'attaquer la montée du Donon, qui va me permettre de monter un peu dans les tours, et donc en température (intérieure !).
C'est à Grandfontaine, village natal de ma (toujours 😊) souriante voisine que l'ascension de 5 km commence véritablement, avec 2 bonnes lignes droites à 7-8% agrémentées d'une épingle, tandis que la fin est plus facile. La vue là-haut sur le Champ du Feu et le Struthof est vraiment sympa avec la neige ... Comme prévu, le thermostat interne a bien monté, mais il va vite baisser dans la descente vers Raon sur Plaine.
Col du Donon, Grandfontaine.

Col du Donon, Grandfontaine.

Col du Donon.

Col du Donon.
Très abrupte, elle se poursuit en direction d'un autre Raon (l'Etape cette fois). Mais les 2 communes sont séparées d'une longue, très longue vallée : environ 24 km faux-plat descendant et vent de dos, conformément à mes pronostics. Du velours ou presque, ça passe plutôt vite mentalement aujourd'hui. Les jambes toujours OK, je remonte en direction de St Dié sur une portion où le vent se montre un peu moins coopératif. Puis j'opère un bref arrêt chez mon vélociste préféré, avant de me coltiner le Grand Remblai en dessert d'une virée de 126 km, 1293 m D+, parcourue en 4h30. Bon, vivement le prochain "Barcelone-Paris" quand même ! 😎
Haut-fer de la Hallière, vallée de la Plaine.
Le parcours :




Part Two
Après une nuit réparatrice, me revoilà "on the bike", non sans avoir attendu que le thermomètre daigne se rapprocher du zéro. Le ciel est voilé mais la luminosité est néanmoins agréable. Problème, la neige est annoncée en 2ème partie de journée, entre 13 et 16h selon les sites. A priori suffisant pour effectuer la boucle, elle aussi déjà parcourue, que je me suis concoctée ...
Le vent a faibli par rapport à la veille, c'est un bon point. De secteur ouest, annonciateur d'intempéries ou de temps plus humide, je pars donc vers Bruyères. Malgré les nombreuses bosses, la perte d'altitude est sensible. Celle-ci se poursuit en direction de Châtel, via Sercoeur et de nombreux patelins aux abords du Durbion.
Girecourt sur Durbion.

Secteur de Bayecourt.

Secteur de Pallegney.

Et le Durbion se jeta dans la Moselle ...
J'amorce mon retour en traversant la N57 et en passant à proximité de Frizon. Jusqu'Epinal, les coups de cul se font plus nombreux, mais je parviens à maintenir un rythme correct malgré l'accumulation des km depuis hier. Je traverse la préfecture et la Moselle (zeugma !) au pont Patch, avant d'enchaîner sur la jolie route d'Archettes où un panneau prévient "Nombreux cyclistes sur 24 km" ! Cool ...
Frizon.

La Moselle flamboie à Epinal !!!

Route d'Archettes, ses rochers et ses paréidolies ...
Le retour vent de dos s'annonce pépère malgré le D+ à grignoter, sauf que la météo va s'en mêler (et s'emmêler !!! 😀) pour rendre le final épique !
Effectivement à Deycimont, nul besoin d'haruspice pour deviner qu'il va neiger plus tôt que prévu : le ciel s'assombrit, le paysage devient laiteux et mon thermomètre, qui était royalement monté à 4°C retombe assez brusquement dans le négatif 😡😩💣Ça ne rate pas quelques km plus loin, à Lépanges, avec les 1ers flocons, qui vont rapidement s'intensifier ! La route reste sèche dans un 1er temps, mais devient très vite humide puis détrempée, avec les projections qui vont bien ... Le vélo est crépi, me too, sans parler des lunettes qui s'opacifient ! Je fais régulièrement essuie-glace avec mon gant, serre les dents et mes doigts (de pieds, congelés !) pour que la route soit praticable au col des Arrentès !!!
Y'en a un peu marre quand même !

Ça paaaasse !
Ouf, pas de souci, ça roule sans problème jusqu'au sommet, ne me reste plus qu'à prendre la sauce dans la descente pour boucler la boucle avec 123 km, 1269 m D+ et 4h20 de selle. C'est quand le printemps ???

Le parcours :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire